top of page

Randonnée chamelière - sur la route du sel

Uvs, l'une des 21 provinces de Mongolie, qui se situe à plus de 1 000 km de la capitale avec un accès relativement difficile par voie terrestre, car peu voire pas de route pour y accéder, mis à part les nombreuses pistes qui sillonnent la région. Depuis quelques années Uvs est desservi par un vol domestique régulier vers sa capitale, Ulaanbaatar/Ulaangom.
La province d’Uvs est une des régions les plus froides du pays, mais aussi parmi les plus chaudes, avec une amplitude thermique de 80°C entre été et hiver.
Après la révolution de 1921, toute la partie ouest du pays était désigné comme «le joyau avec des montagne» (en mongol Chandman) désignant une zone particulièrement belle, elle est peuplée au nord, par les Dörvöd ethnie majoritaire dans cette zone et porte le nom du plus grand lac de Mongolie, Uvs. 


La salinité du lac Uvs varie entre 3 et 35 g/l, il est alimenté par plusieurs rivières d’eau douce qui proviennent de la fonte des neiges et glaciers, cet écosystème offre un site unique de nidification pour de nombreuses espèces d’oiseaux et représente une aire privilégié pour les migrateurs, plus de 200 espèces ont été identifiées, dont certaines assez rares comme par exemple l’érismature à tête blanche, on peut aussi y observer le pélican noir.
La région offre une large diversité d’écosystèmes et paysages, allant des hauts sommets enneigés du Turgen et Kharkhira (4 000m) sans oublier le Deglii Tsagaan Uul, jusqu’aux dunes de sable de Boorog Deliyn Els et Altan Els 180km de long, pour 40km large couvrant ainsi une superficie de 7 000km².


Une faune sauvage important vit dans cette région entre déserts en montagnes, on y retrouve notamment des animaux rares comme la gerbille de Mongolie, le léopard des neiges, le mouton sauvage (Argali) ou encore l’ibex d’Asie.
Depuis 1997, le bassin d’Uvs Nuur est enregistré au patrimoine mondial de l’UNESCO pour diversité et la richesse de sa faune et flore.
Toute cette région désertique, était autrefois des plus importantes de par la présence des grands lacs salés d’où était extrait le précieux sel, de nos jours, la province d’Uvs est bien connu des mongols, car c’est là que pousse l’argousier, cet arbuste aux baies orangées largement utilisé en médecine traditionnelle et aujourd’hui bien connu sous le nom de «docteur jaune» («shar doctor » en mongol).
De par l’éloignement de la capitale et l’absence d’infrastructure, Uvs fait partie des régions les moins touristiques de Mongolie alors qu’elle offre des paysages incroyablement variés, uniques et exceptionnels. C’est là que se trouvent les grands lacs salés, là que les hauts et sommets sauvages du Kharkhira et Turgen dominent les steppes, c’est là  aussi que s’étire de plus important cordon de dune de Mongolie avec Boorog Deliyn els et Altan els.


C’est dans cet écrin de nature sauvage et préservé, entre hauts sommets, steppes abondantes, zones arides et cordon de dunes que nous avons tracé pour vous cette randonnée chamelière, sur les traces de l’antique « route du sel ».  
Le sel, les épices, la soie…
Aussi loin que remontent les civilisations, le sel, les épices et la soie ont suscité l’intérêt des hommes, par nécessité ou pour leur plaisir, développant un commerce au long cours inépuisable.
Ainsi la mythique route de la soie a-t-elle tissé son histoire au fil des siècles… Mais depuis le 15ème siècle, une autre route, moins connue, a vu le jour, tracée par des commerçants kazakhs, russes et mongols. Cette route, que l’on appelle toujours «La route du sel», était l’un des axes principaux pour le commerce entre leurs trois pays. L’itinéraire passait en Mongolie, entre les massifs de l’Altaï et de Tanuu, aujourd’hui en territoire russe.
Ce commerce ouest-est empruntait le large passage entre les massifs montagneux, profitant aussi de la présence de grands lacs salés du nord-ouest de la Mongolie, pour transporter vers la Russie, le Kazakhstan ou bien le centre de la Mongolie, les précieux chargements.



 
Cette route a prospéré durant des siècles, empruntée par des caravanes de chameaux, mieux adaptés que le cheval pour transporter de lourdes charges sur de très longues distances, jusqu’à ce que la domination soviétique mette fin à cette épopée, comme à bien d’autres; les véhicules motorisés ont effacé la marche lente des caravanes.
Nous vous emmenons sur les traces de ces caravanes, faisant revivre l’espace de quelques jours l’époque de la grande «route du sel».
 
Pour votre plus grand plaisir, nous vous proposons cette méharée qui serpente au cœur de la «route du sel», dans cette région qui était une des voies d’accès vers l’Ouest, au départ de Kharkhorim, ancienne capitale de la Mongolie sous le règne de Chinggis Khaan et de ses descendants.
Votre plaisir sera largement partagé par nos chameliers kazakhs, dont la tradition orale a conservé l’histoire de ces caravanes, au fin fond de l’ouest de la Mongolie au pied du massif de l’Altaï.   


Comentários


bottom of page